CONSEIL DE LA MÉTROPOLE
SÉANCE DU VENDREDI 18 MAI 2018

 

Monsieur le Président,

Cher(e)s Collègues,

 

Le premier rapport met fin au contrat de concession de 30 ans, conclu avec Q-PARK en 2006 pour construire et exploiter un parking de 511 places sous le parc Longchamp.

C’est un projet très contesté économiquement et écologiquement, que les élu-e-s communistes et partenaires de MPM qui nous ont précédé ont également combattu.

Il y a trois raisons à cette opposition :

1) Situé à une distance trop éloignée d’un accès métro et du tramway, il ne peut jouer un rôle de parking relais, contrairement à ce qui fut dit et écrit

2) Il est donc surdimensionné au regard des besoins de stationnement de proximité pour les résidents, d’autant que la tarification envisagée par le contrat était en 2006 de 935 € / an pour les résidents.

3) Le centre ville de Marseille dispose déjà d’environ 15.000 places de stationnements dans 18 parkings publics (sans compter les parkings privés ouverts au public) qui ne sont pas toujours optimisés. S’il faut élargir l’offre de stationnement, c’est en priorité aux pôles d’échanges multimodaux « extérieurs ».

 

Il avait donc été demandé d’abandonner le projet pour étudier la réalisation de petites unités de proximité pour les résidents.

Dont acte et vote pour la sortie de ce contrat qui nous coûte quand même une indemnisation de 1 M€, plus le remboursement de 760.000€ des frais engagés.

Mais, pas d’accord pour reprendre le projet en maitrise d’œuvre publique et en plus donner sa gestion en DSP d’affermage. Pour les mêmes raisons que je viens de rappeler.

Je constate d’ailleurs que certaines justifications ont été abandonnées comme le faux argument d’un parking relais.

On nous dit aujourd’hui que la réalisation du tramway a supprimé du stationnement en surface, qu’il faut compenser en sous sol. C’est vrai, mais ce projet de parking est 3 ou 4 fois plus important que les places supprimées.

On nous dit également que la maitrise d’œuvre publique va permettre une meilleure maitrise des tarifs résidents, avant gestion en affermage. Sauf que le rapport ne dit pas à quel niveau. Seront-ils plus prés des 55€ mensuel comme à Cassis ou des 75 ou 85€ selon la tarification minimum à Marseille ?

Se repose alors la question de l’utilité d’un tel ouvrage tel que dimensionné et surtout de son coût.

Certes le projet est ramené de 511 places à 470 places. Mais le coût est démultiplié :

En concession il était estimé à 14 M€ TTC pour 511 places ; Aujourd’hui il est estimé à 18,5 M€ TTC pour 470 places, financé à 100% par la métropole.

Tout concourt au rejet de ce projet pour revenir à l’étude de petites unités de stationnement.

Il est inutile de détruire toute une végétation centenaire pour permettre ensuite à Q-Park ou consort d’encaisser des bénéfices.

Une dernière petite remarque : les parkings en ouvrage réalisés ou en projet sont tous suivis par la commission transports.

Ce projet est en voirie. Serait-ce qu’on ne sait plus à qui refiler la patate chaude ?

 

Christian Pellicani

 

Rapports 107 & 108 VOI – Parking Longchamp Cassini

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *