Monsieur le Président,

Le 5 octobre 1998, au conseil municipal de Marseille, à des interrogations de mon collègue Bret sur la nécessité du tunnel Louis Rège, vous rétorquiez : »
Vous ne devez pas passer souvent par là. Pour ma part, j’y passe tous les jours pour prendre le tunnel Prado Carénage.

Six ans après vous voyez, si je peux me le permettre, enfin le bout du tunnel.

Cela est intéressant pour vous et certainement plus encore pour les futurs concessionnaires.
Mais dites-moi où est l’intérêt général, celui des marseillaises et des marseillais, celui des salariés qui seront obligés d’emprunter le tunnel Prado carénage et son prolongement pour se rendre sur leur lieu de travail, au nord comme au sud ?

Depuis plus de six ans, nous n’avons eu de cesse de dénoncer que la trémie Louis Rège financée intégralement par la ville de Marseille puis par la CUM, servirait de rampe d’accès au prolongement du tunnel Prado carénage.


Décidément à Marseille nous sommes souvent à l’avant-garde, la pointe avancée du libéralisme.
En effet, il y a quelques semaines notre Premier ministre proposait d’instaurer sur le modèle londonien des péages urbains et avec ce rapport, vous nous proposez d’instaurer à Marseille un double péage urbain.

Comme il n’y a pas de transports en commun en site propre au sud de la ville, les salariés qui y travaillent devront emprunter les deux tunnels et arrivés sur place acquitter le paiement des horodateurs et idem pour les habitants des quartiers sud.


Comme je le soulignais, ce nouveau péage est aussi une très bonne affaire pour les concessionnaires, même si c’est vrai que l’affaire est peu rentable les premières années, je précise que la concession est de 46 ans.
Et si j’en crois la presse locale et ma calculette : l’affaire peut s’amortir selon le tarif entre cinq et dix ans.

Si l’on s’en tient au prix actuel de 2,40 euros avec 43.000 passages par jour, sur 5 ans, les recettes s’élèveront autour de 190 millions d’euros, on comprend l’intérêt d’Eiffage et de Vinci, c’est nettement plus intéressant que les parkings mais c’est encore mieux si on a les parkings, les horodateurs et les tunnels…
Ce rapport s’il le fallait, démontre une nouvelle fois que pour vous et votre premier adjoint, les transports en commun en site propre ont pour objectif premier de remodeler la ville et non pas de réduire l’utilisation de la voiture en ville. On comprend pourquoi rien n’est prévu au sud de notre ville sauf le passage obligé par le péage des tunnels.

Les marseillaises et les marseillais mais plus largement les salariés de l’aire métropolitaine apprécieront…

 

Annick BOËT

Tunnel – Rond-Point du Prado