Monsieur le Président,

Mesdames, Messieurs les conseillers,

 

 

Avec la réalisation de ce nouveau tunnel, on est vraiment dans l’illustration de deux logiques opposées en matière de déplacements urbains et des priorités qui sont les vôtres.

En théorie et dans les discours, l’objectif n°1 est de “concevoir les transports collectifs d’agglomération en alternative crédible à la voiture”.

C’est écrit tel quel sur 20 pages d’objectifs dans le Plan de Déplacements Urbains que vous avez adopté ici même en 2006.

Mais il n’y a pas que cela d’écrit.

Cet objectif est décliné pour maîtriser l’usage de la voiture particulière.

Je cite la page 87.

“Réorienter les investissements financiers :

Certaines créations d’infrastructures routières semblent pertinentes, notamment les voies de contournement” (et pour bien situer le propos on cite la Rocade L2 ou le Boulevard Urbain Sud).

“POUR LES AUTRES PROJETS, il CONVIENT DE S’INTERROGER SUR LEUR OPPORTUNITES”. Fin de citation.

Dans la pratique, nous avons aujourd’hui un rapport qui autorise un nouvel aspirateur à voitures au prix fort, puisqu’il en coûtera 10 Millions d’euros de subvention au contribuable et jusqu’à 4,40 € pour l’utilisateur à destination ou en provenance de la Joliette. Autrement dit un équipement qu’il paiera deux fois comme contribuable et comme usager.

 

En parallèle nous avons un autre rapport qui distille à dose homéopathique 4 M€ pour l’aménagement de la circulation des bus pour deux lignes, alors que Marseille a besoin d’un remède de cheval en matière de Transports en Commun.

A ce rythme-là, c’est en 2011 ou 2012 qu’on aura aménagé les 10 lignes dites structurantes.

Et tout ça pour quelle efficacité ?

L’encombrement autour du Rond Point du Prado a-t-il des chances de régresser ?

Rien n’est moins sûr, quand on offre un double accès autoroutier dans un périmètre aussi restreint que le Rond Point du Prado et le Boulevard Perrier.

Mais ce qui pourrait être gagné à ce niveau-là en matière d’encombrement, ne sera-t-il pas reporté au péage du Tunnel Prado Carrénage qui devient un entonnoir entre une autoroute et deux tunnels urbains ?

C’est au regard de cette réalité que votre projet n’est pas cohérent et complètement en contradiction avec votre propre PDU.

Car l’essentiel des utilisateurs du TPC provient des Autoroutes Est et Littoral. En l’absence de cette voie de contournement L2, ils ne peuvent pas faire autrement. C’est à se demander s’il n’y a pas un lien de cause à effet entre la lenteur du chantier L2 et la rente du TPC.

Car au lieu de concentrer l’effort d’investissement vers les Transports en Commun et vers cette voie de contournement vous le dispersez dans un nouveau tunnel à péage qui aggravera le problème.

Car c’est une règle absolue de la gestion budgétaire : il n’est pas possible de dépenser deux fois les mêmes euros.

 

 

Monsieur le Président,

 

Cet ouvrage est certainement une très bonne affaire pour le concessionnaire Vinci-Eiffage (seul candidat) par ailleurs actionnaires du TPC. Il double la mise bénéficiaire et pour 40 ans.

Mais en dehors d’un effet de requalification du foncier urbain du Boulevard Rabatau, il va coûter cher aux Marseillais et surtout aux utilisateurs, sans garantie d’une amélioration des déplacements.

 

Nous voterons Contre.

 

Annick BOËT

Tunnel Prado Sud