La majorité du conseil de la métropole vient de refuser l’amendement que nous avions déposé pour pouvoir constituer un groupe de 15 élu-e-s.

 

C’est un grave manquement aux règles de la démocratie, puisque toutes les sensibilités politiques seront représentées par un ou des groupes, à la seule exception de la gauche non gouvernementale, dont nous sommes.

 

C’est un fait sans précédent dans un établissement public de coopération intercommunale, alors que nous sommes 15 élu-e-s du d’une population municipale d’un peu plus de 300.000 personnes dans 10 communes et 2 secteurs municipaux de Marseille.

 

Le président Jean-Claude GAUDIN avait le choix d’ancrer la métropole Aix-Marseille-Provence dans un esprit de solidarité, de coopération, de pluralité des idées et des conceptions de gestions.

En décidant de fixer le nombre minimum de membres à 18, dans le seul but de permettre aux élu-e-s du front national d’avoir leur groupe, il a inscrit l’avenir de la Métropole dans un esprit clivant de rapports de force et d’obstructions systématiques.

 

Les dizaines de milliers d’électeurs de gauche qui n’ont pas hésité, il y a six mois aux régionales, à voter pour un candidat de droite pour faire barrage à l’extrême droite, peuvent se sentir floués.

 

Il est à craindre que ce vote du conseil métropolitain annonce de nouvelles porosités politiques et électorales d’une partie de la droite avec son extrême.

 

Pour l’heure, nous venons d’essuyer un échec, mais nous n’entendons pas baisser les bras pour faire entendre la voie d’une construction métropolitaine démocratique et solidaire. Celle des projets concertés, d’une implication citoyenne, pour renforcer le champ d’initiative des communes, défendre l’acquis des politiques urbaines solidaires et d’accès aux biens communs, afin de répondre aux attentes de nos concitoyens.

 

 

Marseille le 30 juin 2016 – Les élu-e-s de ‘Métropole à Gauche’

 

Gaby CHARROUX – député-maire de Martigues, président du conseil de territoire du Pays de Martigues, vice-président de la métropole

Georges ROSSO – maire du Rove, vice-président de la métropole

André MOLINO – maire de Septèmes les Vallons, président de la commission transports de la métropole

Patricia FERNANDEZ–PEDINIELLI – maire de Port de Bouc, vice-présidente du Pays de Martigues

Roger MEÏ – maire de Gardanne

Yves MESNARD – maire de Roquevaire, vice-président du Pays d’Aubagne et de l’Etoile

Pierre MINGAUD – maire de La Penne sur Huveaune, vice-président du Pays d’Aubagne et de l’Etoile

André JULLIEN – maire de La Bouilladisse, vice-président du Pays d’Aubagne et de l’Etoile

Patrick PIN – maire de Belcodène, vice-président du Pays d’Aubagne et de l’Etoile

Michel ILLAC – maire d’Ensuès la Redonne

Henri CAMBESSEDES – vice-président du Pays de Martigues

Florian SALAZAR-MARTIN – vice-président du pays de Martigues

Eliane ISIDORE – conseillère territoriale du pays de Martigues

Christian PELLICANI – conseiller territorial de Marseille

Marc POGGIALE – conseiller territorial de Marseille

La droite métropolitaine bafoue la démocratie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *