CONSEIL DE COMMUNAUTÉ

SÉANCE DU VENDREDI 20 NOVEMBRE 2015

Monsieur le Président,

Cher(e)s Collègues,

 

 

Dans le cadre de la charte Ville-Port qui signifiait enfin une rupture dans la vision du Port devenu comme un corps étranger pour certains des édiles locaux, nous avons soutenu cette hypothèse d’un terminal de transport combiné pour développer l’activité commerciale et industrielle des bassins Est du grand port maritime de Marseille-Fos.

Nous avons confirmé ce tournant majeur d’un nouveau développement portuaire en l’inscrivant durablement dans les orientations du Schéma de Cohérence Territoriale adopté à l’unanimité de notre assemblée en 2012.

Mais, nous avions à ce moment là formulé aussi deux conditions pour la mise en œuvre de ce projet :

Je cite notre intervention du 14 Décembre 2012 :

 

1°) « Ce pôle logistique, indispensable au développement économique et à l’emploi, doit s’accompagner de toutes les mesures nécessaires à la sécurité des habitants, ainsi qu’au meilleur confort acoustique possible des riverains »

2°) « Le basculement du chantier multimodal sur Mourepiane doit s’accompagner d’un moratoire sur Le Canet, tant que ne seront pas levées toutes les hypothèques sur les besoins de logistiques urbaines »

 

Force est de constater que l’insuffisance du traitement simultané des aspects environnementaux, urbains et économiques, se retrouvent fortement dans les réserves et les oppositions soulevées par le projet du Grand Port Maritime soumis à l’enquête publique qui vient de se clôturer, après avoir été suivie et animée, y compris de la part des entreprises actuellement utilisatrice du terminal du Canet.

 

A tel point, que le Commissaire Enquêteur souhaite, malgré la clôture de l’enquête publique, continuer les échanges avec le Port et les CIQ et a demandé un délai supplémentaire pour remettre son rapport.

On ne peut qu’en être satisfait pour la crédibilité de cette enquête publique ; ce qui, reconnaissons-le, n’est pas une règle générale…

Dans ces conditions, nous pensons qu’il y a un vrai problème à présenter cette délibération pour acter une convention partenariale de financement, alors qu’on ne sait pas sur quoi va déboucher le rapport du commissaire enquêteur.

Maintenir l’examen de ce rapport ne peut être interprété que comme un signe, qu’à nos yeux une enquête publique est seulement une obligation légale le plus souvent sans suite.

On ne peut pas faire comme si la nécessité de faire évoluer le projet n’apparaissait pas comme une évidence.

Et, il est tout aussi évident que cela ne restera pas sans conséquence sur le montage financier objet de la présente convention

Voilà pourquoi nous vous avons demandé par courriel de connaître d’abord les actes, les conclusions et les recommandations issues de l’enquête publique, avant de se prononcer sur cette convention de financement.

 

Nous maintenons aujourd’hui cette demande et proposons de reporter l’examen et l’approbation de ce rapport.

Sans quoi nous ne le voterons pas.

 

Marc POGGIALE

Convention de financement du nouveau terminal de transport combiné de Mourepiane
Étiqueté avec :    

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *