CONSEIL DE COMMUNAUTE
SEANCE DU VENDREDI 18 JUILLET 2014

Marc POGGIALE
Rapport N° 17 : Contrat Local de Propreté

Monsieur le Président,
Cher(e)s Collègues,

Nous sommes dans l’opposition politique dans cette Assemblée, comme il nous l’a été plusieurs fois rappelé. Élus de ce territoire nous connaissons la situation de notre collectivité, les préoccupations de ses habitants, l’état de ses rues, nous partageons l’ambition d’une collectivité où il fait bon vivre, nous avons la volonté de prendre de réelles décisions politiques pour améliorer la situation de notre collectivité en matière d’environnement et plus particulièrement concernant la propreté.

C’est le sens des quatre propositions que nous avons faites en Commission :

  • Reporter les rapports en octobre pour les compléter et élargir à toutes les Mairies de Marseille Provence Métropole
  • Aller à une table ronde de la propreté au début septembre avec l’ensemble des acteurs pour redéfinir les règles d’usage de l’espace public
  • Accompagner la démarche de sensibilisation auprès de tous nos concitoyens pour les informer et les mobiliser
  • Reprendre la négociation avec les personnels et leurs organisations syndicales.

Notre Communauté Urbaine doit assumer ses responsabilités. Nous devons donner à ceux qui payent la Taxe d’Enlèvement des Ordures Ménagères, aux habitants de MPM, le service et les résultats qu’ils sont en droit d’attendre.

Cela partout sur la totalité du territoire.

Le document que vous nous présentez appelle plusieurs remarques :

  • Il ne concerne que Marseille
  • Il focalise sur le fini-parti
  • Il ne parle pas des moyens

Nous avons le sentiment d’une précipitation, répondant plus à une posture politique, quelque peu autoritaire, faisant peu cas de la concertation qu’à la nécessité de faire émerger une nouvelle culture de la Ville et de son usage par tous et pour tous.
Il est source de conflit social avec les personnels puisque les organisations syndicales ont voté Contre au Comité Technique Paritaire.

Le rapport énonce à juste titre l’idée : qu’un Contrat Local de Propreté concerne tous les acteurs…services MPM, administrés, professionnels et particuliers et doit répondre à une logique d’engagements réciproques…où chacun devient acteur de la propreté.
Nous sommes d’accord pour faire avancer les dispositions d’organisation, l’inventaire des besoins, la mise en oeuvre et la répartition des moyens de manière efficace et équitable à l’échelle du territoire. En concertation avec les maires de MPM, parce que impliqués dans cette démarche au plus près des situations et des habitants, chacun pourra enfin jouer sont rôle pour cette cause commune.

Or ce document ne traite que le seul aspect du service. Les propositions annoncées ne me semblent pas de nature à changer la situation.

Pas d’inventaire de situation en dehors du fini-parti, rien sur le travail des commissions précédentes, les quatre mousquetaires, la commission du tri par Jean Viard.

L’absence d’approche globale impliquant tous les acteurs de la propreté, ne peut apparaître que comme stigmatisante pour les personnels de MPM.

Fini-parti = saleté

Le Fini-parti n’est pas à défendre, mais la trop lente progression des objectifs et des moyens de réduction à la source des déchets ménagers et commerciaux, de tri sélectif, de recyclage, ainsi que certains comportements d’usage de l’espace public font aussi partie du problème.

L’imprécision de beaucoup de propositions, ne nous permet pas de voir où l’on veut aller. Dans ce débat technique nous ne pouvons pas ignorer que la moitié de la collectivité est traitée par le privé et que certaines séparations des personnels entre collecte et propreté peuvent aboutir à de nouveaux choix de gestion.

C’est pour l’ensemble de ces raisons que nous ne participerons pas au vote de ce rapport, Monsieur le Président.

Contrat Local de Propreté
Étiqueté avec :    

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *