CONSEIL DE LA MÉTROPOLE
SÉANCE DU JEUDI 20 SEPTEMBRE 2018

 

Chers Collègues,

Notre candidature prolonge tout ce que nous avons dit et proposé depuis 2016.

Cette Métropole qui nous a été imposée par le Gouvernement sans projet partagé et sans moyens supplémentaires, bien au contraire, est aujourd‘hui dans une impasse.

Nous avons dit que nous ne pouvions pas faire plus avec moins et c’est précisément ce qui se passe. La Métropole n’a réalisé aucun projet autre que ceux engagés par les ex-EPCI et en plus, elle veut remettre en cause les projets les plus structurants comme le Val’tram.

Que dire alors des budgets des Conseils de Territoire qui ont vu leur capacité financière diminuer d’années en années, tout cela au détriment des services et des politiques de proximité, allant jusqu’à imposer à nos populations, au prétexte d’harmonisation, un nivellement par le haut des tarifications et de la fiscalité, une remise en cause des gratuités du transport scolaire.

Nous avons dit également que cette Métropole ne souffre pas d’abord d’une question d’attractivité mais de la profondeur des inégalités sociales et territoriales. Face à ces constats, nous avons fait à plusieurs reprises des propositions, comme le rappelle Gaby Charroux, dans le Manifeste ‘Pour une nouvelle Métropole’.

Notre candidature aujourd’hui, nous la mettons à la disposition du Conseil Métropolitain, pour travailler à des solutions pérennes orientant la Métropole vers plus d’égalité, de solidarité pour un développement durable.

Nous avons la conviction qu’une des clés pour répondre au fait métropolitain, réside dans le recentrage de la Métropole sur ses compétences essentielles – transports – environnement, développement économique et emploi – enseignement supérieur et recherche – et en redonnant les politiques de proximité aux communes et aux Conseils de Territoire, disposant enfin de l’autonomie morale et financière et dotés des moyens à la hauteur de leurs responsabilités.

Cela exige une évolution de la loi, possible aujourd’hui, s’il y a la volonté politique.

A ce sujet, et pour finir, je rappelle la proposition de réunir sous la responsabilité du Préfet, des États généraux pour redéfinir les compétences métropolitaines et départementales, à partir des échelons territoriaux : Communes, Métropole, Département, Région.

Avec pour objectif concret d’élargir partout les espaces de démocratie et de redessiner une Métropole dans le département des Bouches-du-Rhône, qui soit tout autant un outil de proximité qu’une réponse aux grands enjeux.

 

Marc Poggiale

Candidature Présidence de la Métropole
Étiqueté avec :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *