CONSEIL DE LA MÉTROPOLE
SÉANCE DU JEUDI 15 DÉCEMBRE 2016

 

Monsieur le Président, Mesdames, Messieurs, chères, chers collègues,

Le budget que vous nous soumettez confirme ce que nous avons dit lors du débat sur le rapport d’orientations budgétaires : On ne peut pas faire mieux avec moins. A vrai dire, on s’en doutait.
Nous nous apprêtons donc à délibérer sur un budget de gestion et non pas sur un budget de projets, un budget qui respecte à la lettre les cadrages proposés par la direction financière :
•    – 4,7 % pour la dotation globale de fonctionnement,
•    Un FPIC dont on ne connaît pas le produit, et qui malgré l’intervention du président de l’AMF, sera aussi en baisse sensible.  Il y a, donc, nécessité de mettre à l’étude les critères métropolitains pour une juste répartition du fond de péréquation entre les communes.
•    Et ce sur la base d’une solidarité active qui permettra un développement équilibré des territoires.
•    Une Baisse de 10 % en moyenne des subventions gérées par les territoires,
•    enfin une baisse de 20 % des investissements réels par rapport à 2016.
•    Si les taux de fiscalité ne bougent pas en 2017, et nous apprécions l’effort que cela représente, leur évolution mécanique aura pourtant un impact pour les ménages de +2,1 % en moyenne, contre seulement  1 % pour les entreprises.

Le budget confirme que la dépense en personnels ne représente en fait que 14 à 15% des dépenses totales de fonctionnement. C’est le plus bas niveau des métropoles en France.
Sauf à décider de réduire le service public ou le privatiser, il n’y a pas de marge de manœuvre à ce niveau là.

D’ailleurs lors de la commission des finances de mardi dernier, les élus demandaient pour plus de clarté d’être informés non pas du nombre d’emplois … mais bien des mouvements de la masse salariale, et insistaient pour que les embauches  se fassent dans les territoires, là où est rendu le service public.
S’agissant du gouvernement on se perd dans les annonces successives : 50, 70, 100 M€…de contribution supplémentaire pour la création de notre métropole. Le constat : je viens d’en parler, c’est la diminution de la DGF  et une contribution certes bienvenue au contrat des projets innovants, mais qui est de 12 M€ sur 4 ans. Autant dire une bien modeste goutte d’eau rapportée à notre budget annuel.
Enfin, au plan politique, les élus de la majorité métropolitaine ont désormais pour candidat à la présidentielle, quelqu’un qui propose de réduire la dépense publique de 100 milliards. Comment pouvez-vous en même temps  affirmer ici la nécessité d’une intervention financière plus forte de l’état ? Comprenne qui pourra…
Nous avons décidé, les élus communistes,  d’être non pas dans la critique à tout prix, mais une force de propositions, aussi je vous propose monsieur le président, chers collègues, d’unir nos forces et d’aller ensemble exiger du premier ministre actuel, comme vous aurez à le faire de ceux à venir, les milliards promis.
Milliards indispensables pour que cette métropole soit à la hauteur des besoins des populations qui y vivent et y travaillent.

 

Gaby CHARROUX

Vice-Président de la Métropole

 

Budget Principal de la Métropole AMP – Adoption du Budget Primitif 2017 et des Etats Spéciaux de Territoires
Étiqueté avec :        

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *