CONSEIL DE LA MÉTROPOLE
SÉANCE DU JEUDI 22 MARS 2018

Monsieur le Président,

Cher(e)s Collègues,

 

Quand on parle budgets, on parle projets. Et d’après les deux pages de communication que la métropole s’est offert samedi pour célébrer deux années de votre présidence : la métropole a déjà fait beaucoup -sic- et elle voit loin.

Surtout pour les transports d’ici 2030 :

Gare souterraine LGV, RER métropolitain, nouvelles lignes de tramway et de métro à Marseille, voies apaisées, transports propres, logistique urbaine performante et non polluante, BHNS un peu partout, réseau express métropolitain, accessibilité aux personnes handicapées…etc

Il est déjà surprenant d’afficher un tel optimisme sans rien dire de nos capacités budgétaires impactées par l’absence du concours de l’Etat tandis que ses dotations ont reculé, ainsi que la forte diminution des recettes de la fiscalité économique.

Mais il y a encore plus surprenant.

Ainsi, on voit apparaître des projets à Marseille, non inscrits au PDU, qui n’ont même pas franchi le cap d’une proposition d’étude, comme une quatrième ligne de tramway et une troisième ligne de Métro entre Saint Jérôme et le Roy d’Espagne…

Et surtout on voit disparaître le Val’tram à l’Est du territoire métropolitain.

Qui pourtant, a été acté quatre fois par notre assemblée souveraine au réseau premium d’échelle métropolitaine.

Je rappelle nos décisions :

Décembre 2016 : l’Agenda de la mobilité inscrit le Val’tram dans la première phase de réalisation MétroExpress d’ici 2020, comme une desserte de la haute vallée de l’Huveaune en prolongeant le tramway d’Aubagne.

Dans ce même document, on envisage après 2025, l’extension sur toute la vallée de l’Huveaune des tramways d’Aubagne et de Marseille pour les faire se rejoindre à La Valentine.

On ne peut pas mieux caractériser un projet d’intérêt général métropolitain qui ne se contente pas de Transport en Commun en Site Propre sur le seul périmètre de Marseille.

C’est ce qu’on fait les métropoles de Lyon, Bordeaux, Montpellier… pour construire leurs réseaux.

Dans la foulée de cet agenda nous avons adopté au même conseil de Décembre 2016, deux délibérations :

L’une budgétaire pour créer et affecter une autorisation de programme de 147M€ pour réaliser le Val’tram.

L’autre approuvant le dossier d’une enquête préalable à la déclaration d’utilité publique.

En mai 2017, nous avons à nouveau délibéré pour confirmer le mandat de maîtrise d’ouvrage déléguée à la SPL Façonéo pour réaliser ce projet.

Ajoutons à cela, l’achat des voies Valdonne à la SNCF, les études réalisées, et surtout l’accord, me semble-t-il, du Département et de l’Etat pour subventionner le projet respectivement à hauteur de 30 et 18 M€, plus un petit million de la Région inscrit au CRET en Décembre dernier.

Total : 49 M€ de subventions. Subventions dont nous savons tous qu’elles ne sont pas éternelles.

Force est de constater que l’absence de ce projet dans la communication de Samedi, emboite le pas aux déclarations successives qui visent à enterrer le projet que nous avons acté.

Pour justifier cet enterrement, on évoque des imprévus techniques et financiers, une absence soudaine de dimension métropolitaine et une fréquentation insuffisante en dessous de 10.000 passagers jours.

Pour information, les trois stations de métro après La Gare de la Blancarde jusqu’à la Fourragère ont été réalisées pour un coût 2 fois plus élevé que le Val’tram et n’ont toujours pas une fréquentation qui dépasse les 7 à 8.000 voyageurs quotidiens. Par contre elles contribuent à structurer les projets d’aménagement urbain autour des TCSP.

Ce qui me semble être le cas du Val’tram.

Alors, s’il y a des problèmes, des imprévus et des surcoûts – ce qui est très souvent le cas dans tout projet d’infrastructures – il faut expliquer d’où ils viennent.

Mais, une chose est certaine, notre conseil métropolitain n’a délégué à personne son droit à étudier, débattre et surtout décider des orientations et des projets en matière de déplacements, de mobilité, de transports publics.

Voilà pourquoi, il est temps de demander à la commission Transports d’auditionner les acteurs du projet Val’tram – Elus, Maitre d’ouvrage Façoneo, Techniciens et/ou Bureaux d’études – pour pouvoir être en connaissance suffisante du dossier et des approches différentes financières ou techniques.

 

Marc POGGIALE

 

 

A propos du Val’tram
Étiqueté avec :    

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *